Dans son rapport sur le Grand Paris, Philippe DALLIER préconisait, entre autres choses, de « créer une ‘’ police métropolitaine’’ » et « d’étendre les pouvoirs du préfet de police au Grand Paris ». C’est maintenant acquis ! Le 1er octobre prochain, toute la sécurité et l’ordre public de ce territoire, où vivent 6,4 millions de personnes, vont être confiés au préfet de police, Michel Gaudin …

Un article du journal « le Monde », en date du 16 juin, indique qu’un récent décret vient d’étendre les prérogatives et l’autorité de la préfecture de police – institution unique et propre à la capitale – aux trois départements de la petite couronne : les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93), et le Val-de-Marne (94).

A cela, ajoutons que deux unités de police spécialisées et à l’échelle du nouveau territoire, devraient être également créées.
Une brigade anti criminalité (BAC) de nuit regroupera l’ensemble des interventions.
Une compagnie de sécurisation de jour englobera les actuelles compagnies de sécurisation de Paris et de Seine-Saint-Denis, les BAC départementales et plusieurs BAC parisiennes.
Ces deux entités feront partie de la nouvelle direction de sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

Ainsi, les 45 000 policiers et pompiers concernés, pourront demain franchir plus aisément le périphérique, si besoin est. Les préfets des trois départements de la petite couronne n’agiront plus, en matière de sécurité, que par délégation. Par voie de conséquence, les directions départementales de sécurité publique devraient également disparaître prochainement, au profit d’une nouvelle organisation territoriale.

Avec cette réforme, souligne encore le journaliste, des sites importants, autant que sensibles, tels que le Stade de France, le quartier de la Défense, les aéroports d’Orly et Roissy, ou bien encore le marché de Rungis, intègre le giron de la préfecture de police.