La mission d’information sur les quartiers en difficulté – dont Philippe DALLIER est un des Vice-présidents, vient de rendre public son rapport.

Après avoir procédé à une soixantaine d’auditions et effectué dix déplacements (en métropole, outre-mer et à l’étranger) durant près de neuf mois, la mission formule 70 propositions afin de donner un nouvel élan à la politique de la ville en France et de mettre en œuvre un « nouveau pacte de solidarité pour les quartiers ».

L’objet de la mission d’information sur les quartiers en difficulté

A la suite des violences urbaines survenues dans de nombreux quartiers en difficulté, le Sénat a décidé la création d’une mission commune d’information sur le bilan et les perspectives d’avenir des politiques conduites envers les quartiers en difficulté depuis une quinzaine d’années.

Nommé Vice-président de cette mission, par le Président du Sénat, Philippe DALLIER a donc participé activement à un grand nombre de ces travaux.

Comme son intitulé l’indique, l’objectif de cette mission ne se limitait pas à la seule analyse des émeutes urbaines d’octobre et novembre 2005, mais englobait une réflexion plus générale sur les politiques engagées depuis le début des années 1990 en faveur des quartiers en difficulté.

Le constat général de la mission

  • Les événements de l’automne dernier ont concerné quelques quartiers, principalement dans la région parisienne et surtout dans le département de la Seine-Saint-Denis ; leur couverture médiatique a indéniablement favorisée leur durée et leur extension dans plusieurs villes de province, comme l’ont souligné de nombreux acteurs de terrain.
  • Ces « émeutes » urbaines ne sauraient être considérées comme la conséquence directe des difficultés que rencontrent de nombreux quartiers :
    • les politiques de la ville initiées depuis quinze ans, notamment en matière de rénovation urbaine, comme à Vaulx-en-Velin, ont contribué à éviter un mouvement de plus grande ampleur ;
    • la création de l’ANRU et de la nouvelle agence de la cohésion sociale, dotées de moyens considérables, devraient permettre de poursuivre cet effort et de remodeler à terme l’urbanisme dans ces quartiers en renforçant la mixité sociale.
  • Le développement économique des quartiers est la condition nécessaire à l’insertion durable de leurs populations, et notamment des jeunes, dans la société française et la République.
  • Le retour à la sérénité dans les quartiers passe par une réconciliation entre leurs populations et la police et par la réactivation d’une véritable police de proximité.
  • Une nouvelle gouvernance de la politique de la ville doit être inventée et les difficultés particulières du département de la Seine-Saint-Denis appellent des mesures dérogatoires et spécifiques.

Ses recommandations

Les propositions apportées par les membres de la mission s’articulent autour des 4 axes suivants :

  • Une priorité : 100 % des jeunes en activité ;
  • Une nécessité : renforcer la présence de l’Etat et ses services publics dans les quartiers ;
  • Une ambition : redéfinir un projet urbain cohérent pour casser les ghettos ;
  • Un projet : inventer une nouvelle gouvernance de la politique de la ville.

Pour consulter à partir de ce site :

    • le rapport Tome I n°49 de la mission « quartiers en difficulté », veuillez cliquez ici !
    • le rapport Tome II n°49 (annexes du rapport) de la mission « quartiers en difficulté », veuillez cliquez ici !